Bil’in pleure les 1100 morts au Liban et à Gaza

jeudi 31 août 2006
par  G.C.
popularité : 29%

Les villageois de Bil’in manifestent depuis maintenant 18 mois contre l’érection du mur qui les spolie de leurs terres agricoles. Ils n’oublient cependant pas toutes autres victimes de ce conflit et particulièrement celles de la guerre maintenant menée au Liban pendant que Gaza est également quotiennement bombardé

Objet : WAFA : ISM : Bilin pleure les 1.100 morts au Liban et à Gaza

BIL’IN PLEURE LES 1100 MORTS AU LIBAN ET A GAZA

RAMALLAH, le 5 août 2006, WAFA - Les villageois de Bil’in, près de Ramallah, rejoints par des activistes internationaux et israéliens, ont organisé, hier, une marche en direction du Mur d’Apartheid, essayant de franchir la porte qui sépare ces villageois de leurs terres.

Dans un communiqué de presse, le Mouvement International de Solidarité (ISM) a indiqué que les manifestants portaient des drapeaux palestiniens et libanais ainsi que des drapeaux noirs, symbole de deuil, déplorant plus de 1.100 personnes, assassinées à Gaza et au Liban, la semaine dernière.

Les manifestants ont été repoussés par la violence de l’armée israélienne : des grenades assourdissantes, des balles en caoutchouc, et du gaz lacrymogène. Les manifestants qui se montraient pacifiques mais provocant en déployant des drapeaux en dépit de l’encadrement des soldats armés, ont pu se cacher derrière les barrières de renfort nouvellement construites. Les forces de l’Occupation ont immédiatement avancé jusqu’à la porte pour prendre des positions stratégiques donnant sur les activistes.

Selon le communiqué, "les soldats ont commencé à tirer des boîtes métalliques de gaz lacrymogène, des grenades assourdissantes et des balles en caoutchouc. Une Ecossaise de 52 ans, Margaret, ainsi qu’un pacifiste espagnole, ont reçu des balles dans le dos,et John, un autre Ecossais de 53 ans a été blessé au visage après avoir été touché par une grenade assourdissante.

ISM a ajouté "deux feux de broussailles se sont déclarés suite au tir des grenades de gaz lacrymogène. Quand les villageois et les activistes ont essayé de faire demi-tour pour éteindre le feu, l’armée s’est avancée et a repris ses attaques au gaz lacrymogène et balles en caoutchouc sur ceux qui essayaient clairement d’empêcher le feu de se propager."

Voir suite