La destruction d’une école ?

lundi 31 août 2009
par  A.B.
popularité : 48%

Ordre de démolition de l’école du camp de Bédouins d’Alkhan Al Mear

C’est une école destinée à accueillir au mois de septembre prochain 400 enfants de 6 à 12 ans, surtout des filles, du camp de Bédouins d’Alkhan Al Mear, dans une construction économique et écologique, faite uniquement de pneus usagés et de boue. Les enfants pourront ainsi recevoir une instruction près de leur habitation au lieu d’être contraints d’aller à Jéricho ou Asariya, par des routes dangereuses, coupées de check points, l’armée empêchant souvent les taxis emmenant les enfants de passer. Quatre enfants y ont d’ailleurs perdu la vie au cours des deux dernières années. L’année passée, ils ont perdu beaucoup de jours d’école en raison de ces difficultés et, en outre, de la difficulté de leurs parents à payer les coûts de transport.

JPEG - 6.1 ko
JPEG - 77 ko

L’école a été construite sous l’impulsion de l’ONG italienne "Vento di Terra", active en Palestine et qui a déjà travaillé dans le passé avec la tribu Jahalin sur d’autres projets et sur l’idée de l’architecte italien Marazzi. Cette idée a d’’abord été accueillie avec scepticisme... L’architecte a renvoyé les sceptiques au site "Earthships" de l’architecte Michael Reynold permettant de constater la construction de structures en Amérique du Sud avec des pneus emplis de terre et couverts de boue séchée qui composent les briques et a convaincu de sa faisabilité. Au mois d’avril dernier, les membres de la tribu se sont consacrés à la collecte de 2000 pneus usagés, à Anata, à Ramallah et même Naplouse ! La construction a commencé le 26 mai par la pose de couches de pneus emplis de terre sèche et comprimée et recouverts de boue séchée. Seule la toiture, faite de poutres de soutien en bois avec panneaux de contreplaqué à plat posés dessus a coûté de l’argent, 7000 euros donnés par des amis italiens.

Les deux premières semaines, dix hommes ont travaillé dix heures par jour qui ont été rejoints ensuite par plusieurs dizaines de bénévoles en provenance d’Israël (dont les Rabbins pour les Droits de l’Homme) et de l’étranger . L’AFPS de Saint-Etienne soutient également ce projet. Aujourd’hui les bâtiments construits ont l’air de surgir de la montagne.

JPEG - 8 ko
JPEG - 6.4 ko

Les poutres de bois créent un espace entre les murs et le toit de sorte que pendant l’été, l’air chaud monte et s’évacue par ces espaces, ce qui crée un flux d’air agréable et permanent. Il est prévu d’utiliser ces bâtiments l’après-midi comme une clinique médicale permettant d’accueillir des médecins qui refusaient jusqu’alors de venir en raison de la chaleur intense.

L’Autorité Nationale Palestinienne a promis la mise à disposition d’un directeur et de six enseignants pour septembre 2009 et, pour la première fois dans l’histoire de la tribu Jahalin, expulsée en 1948 de Tel Arad dans le Néguev, fixée dans ce campement depuis le milieu des années 1970, les enfants qui vivent avec leurs parents dans des huttes, des tentes ou des cabanes branlantes, pourraient être en mesure de profiter d’une instruction, de jeux et d’activités de loisir dans une structure sécurisée, dont les composantes permettent de garder les occupants au frais pendant l’été brûlant et au chaud et au sec pendant l’hiver. Aucune autorisation de construire ne leur a jamais été donnée, en effet, par l’aministration civile israélienne qui procède par contre à la démolition de toute construction sans permis de construire...

JPEG - 9.3 ko
JPEG - 7.3 ko

Il n’est cependant pas permis de rêver très longtemps en Palestine.

Le 23 juin dernier, les garde frontières de l’armée israélienne et des inspecteurs de l’administration civile israélienne sont en effet venus qui ont intimé l’ordre de cesser les travaux et de se présenter au tribunal de Beit Eal, le 2 juillet suivant. Ce jour là, le sous-comité de l’inspection du Conseil supérieur de la Planification de l’Administration Civile a remplacé l’ordre de cessation des travaux par un ordre de démolition à raison des protestations formées par les colons qui vivent dans le voisinage ( colonies de Maale Adumim et Mishor Adumim). Un recours a été formé devant la Cour Suprême d’Israël...

Faisons tout pour empêcher cette démolition : écrire notamment à

- Ministre des Affaires Etrangères : bernard.kouchner@diplomatie.gouv.fr
- François Zimeray : (Ambassadeur pour les droits de l’Homme) : francois.zimeray@diplomatie.fr Présidence de la République :
- Monsieur le Président de la République
Palais de l’Elysée
55, rue du faubourg Saint-Honoré
75008 Paris
- claude.gueant@elysee.fr
Ambassadeur d’Israël en France
information@paris.mfa.gov.il

voir à cet égard :

- l’article d’Amira Hass dans le numéro du 11 juillet 2009 du journal Haaretz (http://haaretz.com/hasen/spages/1099334.htm,

- une vidéo de la construction (http://www.youtube.com/watch?v=f2TtvIefrFs)

- le site de l’association "Vento di Terra", www.ventoditerra.org

Voir suite


Navigation

Articles de la rubrique

  • La destruction d’une école ?