Accueil

JPEG - 7.5 ko

Parmi les derniers articles publiés :

2018 août : La déclaration d’un refuznik
Voir rubrique

2018 août : Flottille de la liberté pour Gaza
Voir rubrique

2018 juin : Rencontre à Limoges. Projection d’un film avec Alain Larchier à Ste-Foy-lès-Lyon. Voir aussi la parution de son dernier livre
Voir rubrique Voir rubrique Voir rubrique

2018 mai : Souscription : Jean Lasserre,« Jésus, ce non-violent », écrits posthumes, témoignages et actes du colloque de Trèves.
Voir rubrique

2018 février : Collectif : « Non-violence dans la révolution syriennne » Textes et images présentés par Guillaume Gamblin et Pierre Sommermeyer
Voir rubrique

2018 février : « Le boycott, moyen de lutte multiforme ». André Bernard avec la coopération de Geneviève Coudrais et Nicole Lefeuvre
Voir rubrique

2018 janvier : « Civils, irréductiblement ! Les objecteurs en service civil 1964-1969 »

Livre paru sous le nom collectif de Jo Rutebesc aux Editions libertaires et la Libre Pensée autonome. Il présente les documents qui font le lien des luttes non-violentes entre l’obtention du statut et le combat de Larzac.

Voir rubrique

JPEG - 290.6 ko
2018 mai : En souscription, textes posthumes de Jean Lasserre Voir rubrique.
JPEG - 1.2 Mo
2018 janvier : Les objecteurs en service civil 19664-1969 Voir rubrique.
JPEG - 920 ko
2018 février : de Lysistrata au BDS. Voir rubrique.
JPEG - 932.6 ko
2018 février : Textes et images présentés par G. Gamblin et P. Sommermeyer Voir rubrique.
*****

JPEG - 12.4 ko
Dessin d’Alain Lepère, un insoumis à la guerre d’Algérie qui suivit un autre parcours que le nôtre
JPEG - 291.6 ko

Pourquoi ce site ?

Le temps s’est écoulé, les archives s’ouvrent et les mémoires se réveillent, par la parole et par l’écrit, pour raconter la lutte anticolonialiste et le soutien au peuple algérien. Cependant, une lutte bien particulière menée au sein de l’Action civique non violente n’a pas encore été racontée entièrement. Certes, l’engagement était individuel et les motivations très diverses (insoumission, désertion, objection de conscience, anticolonialisme, etc.), mais l’ACNV a su fédérer un certain nombre de jeunes réfractaires à cette guerre et des personnes se déclarant « solidaires », qui demandaient l’instauration d’un service civil en Algérie.

Ce site va raconter l’histoire de femmes et d’hommes qui, un jour, dirent non en désobéissant civilement lors des premières, grandes et petites, manifestations collectives non violentes en France, manifestations qui aidèrent à la prise de conscience d’une population anesthésiée par le colonialisme. Nous ne fûmes pas les seuls à combattre, mais nous pensons que nos moyens de lutte furent originaux.

***

1957- début 1960. Contre les camps d’assignation à résidence.

***

JPEG - 303.2 ko
Journal de l’ACNV, n° II
JPEG - 3.8 Mo
Jeûne à Clichy en 1957 contre les tortures en Algérie.
Cliquez ici
***

De 1957 à 1960, des femmes et des hommes se rassemblent au sein de l’Action civique non violente (ACNV). Leur premier combat avec Lanza del Vasto et ses compagnons fut d’alerter l’opinion par divers jeûnes de protestation contre la pratique de la torture que subissaient les Algériens combattants, ou non, pour leur indépendance.

Ensuite, ils se levèrent contre la bombe atomique française qui se préparait à Marcoule (intrusion sur le site, un jeûne public devant l’usine et un autre jeûne, à Genève, aux abords du palais des Nations unies).

Puis, il y aura un jeûne et des manifestations contre les tortures en France, et les premières manifestations (en province et à Paris) contre les camps d’assignation à résidence où le pouvoir français enfermait de façon arbitraire nombre d’Algériens « suspects ». Voir rubrique.

Fin 1960-1962. L’accueil des réfractaires par l’ACNV.

***

JPEG - 99.2 ko
1961 : Chantier à Carry-le-Rouet.
Cliquez ici
JPEG - 184.4 ko
1962 : Les 5 Bel à Nantes
***

Enfin, ces mêmes personnes se sont solidarisées avec les jeunes hommes qui refusaient de participer à la guerre d’Algérie ; et elles organisèrent, avec eux (et avec de nombreuses autres personnes), leur résistance : demandant un service civil en Algérie, accueillant les jeunes sur des chantiers en France et en accompagnant le réfractaire recherché en prison en adoptant son identité.

Après le cessez-le-feu, au printemps 1962, et l’accession à l’indépendance en juillet, cette action se poursuivra sous des formes un peu différentes. C’est là que l’Action civique non violente amorce une nouvelle orientation.

Les réfractaires avaient adopté une attitude commune pour la durée de la guerre d’Algérie. Chacun peut désormais reconsidérer le problème en toute liberté... Voir rubrique.

1963. Un statut pour les objecteurs de conscience.

***

JPEG - 133 ko
Daniel Beauvais se constitue prisonnier en avril 1963
***

Il s’agissait de maintenir la solidarité avec ceux qui étaient toujours en prison et il fallait maintenant accueillir les nouveaux qui refusaient de faire leur service militaire.
Des nouvelles bases d’engagement sont fixées pour ceux qui souhaitent placer leur objection dans le cadre de l’ACNV. Le statut pour lequel Louis Lecoin fit une longue grève de la faim eut du mal à voir le jour. La pression sur le gouvernement ne se relâche pas.
Ensuite, les perspectives changèrent : l’histoire des réfractaires à la guerre d’Algérie est terminée. Quelques-uns d’entre eux termineront leur période à Brignoles. Certains volontaires partirent travailler en Algérie, d’autres se lancèrent dans la création d’un centre permanent de formation et d’action non violentes. Voir rubrique.

1964-2002. De Brignoles à la suppression de tout service obligatoire.

***

JPEG - 77.7 ko
Coupure de presse sans référence
Cliquez ici
JPEG - 156 ko
Ce livre, écrit par un insoumis au service civil obligatoire, retrace l’histoire des réfractaires depuis l’Ancien Régime jusqu’en 1983
***

Le regroupement de tous ceux qui ont demandé le statut aura lieu le 15 juillet 1964 à Brignoles (Var). Des nouvelles générations d’objecteurs continuent la lutte : il faudra plusieurs années pour que le service civil soit réellement effectué dans un cadre civil et accessible au plus grand nombre.
Pour beaucoup d’objecteurs, le statut obtenu est insatisfaisant : certains veulent "l’améliorer", d’autres considéreront les différentes étapes comme un moindre mal qu’il faut accepter provisoirement en attendant la suppression de tout service obligatoire. Voir rubrique.

1964-1966. L’ACNV et ses prolongements.

***

JPEG - 197.5 ko
En guise du journal n° 19, début 1964
Cliquez ici
JPEG - 169.2 ko
***

Avant le vote du statut, l’ACNV avait déjà posé quelques jalons pour réorienter sa lutte. Elle trouve une maison près de Lyon pour y installer un centre communautaire de formation et d’action. Voir rubrique.

Depuis 2003. Une nouvelle donne jusqu’à nos jours.

***

JPEG - 39 ko
Couverture de notre livre
JPEG - 167.5 ko
Couverture du DVD

En juin 2003, la plupart de ces réfractaires à la guerre d’Algérie et une partie des « solidaires » qui les avaient accompagnés se sont retrouvés sur le Causse noir face au Larzac, près de Millau : la décision de témoigner est prise. Ainsi naissent les projets suivants :

– Dire leur solidarité avec les refuzniks israéliens et le peuple palestinien. Voir rubrique.

– Ecrire un livre : Réfractaires à la guerre d’Algérie, 1959-1963, édité chez Syllepse en 2005 et aux éditions de la Casbah (Alger) en 2012 en fac-similé.

– Faire un film : Comme un seul homme, qui fut réalisé par François Chouquet en 2007. Voir rubrique pour commander.

– Créer le site Internet que vous consultez ici. Mis en place dès septembre 2003, dans sa première version, il ne cesse de s’améliorer par l’apport de nouveaux documents d’archives rajoutés au fur et à mesure. Nos préoccupations actuelles y trouvent aussi leurs échos.

– Participer à une action non violente en Israël et/ou en Palestine. Sujet qui continue d’être d’actualité. Voir rubrique.

JPEG - 1.1 Mo
2017 : Un résumé de notre histoire.
Petite plaquette de 36 pages, format poche.Voir rubrique.
Depuis les projets ci-dessus réalisés, trois problèmes préoccupent particulièrement les réfractaires :

– le conflit entre la Palestine et Israël, voir rubrique,

– la mémoire de la guerre d’Algérie, voir le travail en commun avec les 4ACG,

– et le dialogue avec les Algériens d’aujourd’hui, voir rubriques

Début des rubriques historiques, années 1957-1966,
Début des rubriques plus récentes, à partir de 2003,


Articles les plus récents

mardi 14 août 2018
par  A.B.

2018 : Les refuzniks

Traduction en français de Nadir Dendoune « Courrier de l’Atlas »
« Je m’appelle Hilel Garmi, j’ai 19 ans et je refuse de servir dans l’armée israélienne. »
Dans un post facebook daté du 5 août 2018, Hilel Garmi, un jeune juif israélien de 19 ans explique les raisons de (...)

dimanche 12 août 2018
par  A.B.

Le boycott devant la justice française

Mais quelle mouche (vénéneuse) a-t-elle pu piquer nos hauts magistrats ?
(pour faire de l’appel au boycott des produits israéliens en raison de la critique de la politique du gouvernement d’Israël un délit)
Dans les années 70, il était courant de dire la Chambre criminelle de Cour (...)

vendredi 10 août 2018
par  A.B.

2018 : Flottille de la liberté pour Gaza

Retour, ce 8 août 2018, de Pascal Maurieras, marin français de la Flottille de la Liberté pour Gaza
*******
Nous étions une trentaine (Plateforme Palestine – AFPS – BDS F – CGT), ce 8 août au matin pour accueillir à Roissy Pascal Maurieras, marin français de la Flottille de (...)

vendredi 27 juillet 2018
par  A.B.

2018 : Projection d’un film avec Alain Larchier

Le matin du 2 juin 2018 a eu lieu à Ste-Foy-lès-Lyon la projection du film de mémoire des élèves de 1ère S du lycée Edouard-Branly avec Alain Larchier.
Leurs enseignantes d’histoire ont su intéresser ces lycéens en leur demandant de questionner les « anciens » de leurs famille sur leur (...)

vendredi 27 juillet 2018
par  A.B.

Rencontres-débats 2018 : Limoges

Le 1er juin 2018, les aléas de la grève à la SNCF a empêché Mimmo de venir faire la causerie sur « L’anarchisme contre la culture de la violence » au local du CIRA à Limoges, mais a permis à Anita et André (du côté de Bordeaux) de faire le déplacement.
C’est donc René Burget du (...)